Guérir du Candida ... ensemble !

Version complète : [fractionné] le problème de l'eau
Vous consultez actuellement la version basse qualité d’un document. Voir la version complète avec le bon formatage.
alors pour l'eau je suis d'accord a 100%!!!
je ne bois pas l'eau du robinet chez moi qui je ne trouve pas bonne au gout, j’achète donc de la cristalline ( j'en ai essayé d'autres mais niveau gout j'ai du mal)
mais je m’aperçois que lorsque nous partons a la montagne et en buvant l'eau du robinet, beaucoup de choses vont mieux, comme mon sommeil, ma forme en général et mon soucis d'acné!
Je ne me suis pas encore penchée sur la question de l'eau ( l'alimentation est déja assez compliquée comme ca ....)
Alors que faire:
eau du robinet ( bien souvent pas top , nitrates, etc....), eau bouteille (j'avoue tout ce plastique c'est un peu pénible), filtrage ( oui mais lequel ,celui essayé sur le robinet etait beurk,) , eau distillée ( pas mal de contreverse) .
Bref .... Mais peut etre , en effet , c'est ce qui fait la difference.
Je me suis pas mal renseignée sur le problème de l'eau, lu des articles et des témoignages, j'ai même alimenté involontairement un débat sur Facebook qui s'est plutôt mal terminé. Bah oui, il y a plein de gens qui ont pas accès à l'eau potable, je devrais être contente de boire du fluor, pesticides, hormones, médicaments et autres et fermer ma grande bouche.

Apparemment chaque outil de filtrage a ses bêtes noirs. Et surtout si l'on veut vraiment une eau pure et de qualité, il faut avoir les moyens financiers :
- un adoucisseur à placer en général dans sa cave si l'on en a une. Entre le produit et l'installation, on dépasse les 1000 euros.
- Osmoseur entre 100 et 400 euros
- les carafes avec cartouche filtrante (genre Brita), voir aussi les cartouche à mettre sur le pommeau de douche.
- le charbon de Kishu.

J'ai vu récemment une émission qui parlait du problème de l'eau. Malgré les désavantages de l'eau en bouteille (pas écologique ni économique), les spécialistes interrogés préféraient l'eau en bouteille qui restait pour eux moins délétère que l'eau du robinet. Ca veut tout dire, non ?

Personnellement, j'utilise le système de la carafe, au vu de la pauvre éfficacité des cartouches, j'ai voulu tester l'eau du robinet que je laisse décanter une heure au frigo avant de la boire pour ôter le goût du chlore. Je n'ai constaté aucune différence sur mes problèmes de santé.
Les osmoseurs commencent à être plus accessible et vu ce que l'on dépense en cartouche, ça serait plus rentable. Je vais peut-être bien me l'offrir pour noël Smile
(10-20-2015, 08:54 AM)Lilice a écrit : [ -> ]J'ai vu récemment une émission qui parlait du problème de l'eau. Malgré les désavantages de l'eau en bouteille (pas écologique ni économique), les spécialistes interrogés préféraient l'eau en bouteille qui restait pour eux moins délétère que l'eau du robinet. Ca veut tout dire, non ?

Tout dépend de son réseau d'eau. Certains ont une très bonne eau (comme disait le type de la bande.. à Bonnot), d'autres nettement moins. Et d'autre part, les critères dominants ne sont pas ceux de certains naturopathes. On ne peut donc pas généraliser.
Extrait de la newsletter du rédacteur en chef d'Alternative Santé d'aujourd'hui :

Quand on évoque le manque d’eau, on pense en général aux peuples du Sahel et à tous les endroits du monde où les puits sont si rares que la moindre goutte vaut son pesant d’or. Chez nous, pensons-nous, l’eau coule à flots dans les rivières et les fleuves, et surtout, de nos robinets. Mais sommes-nous si riches ?

Bien entendu, l’eau ne manque pas chez nous, mais de quelle eau s’agit-il ? Une eau nettoyée de ses bactéries et de ses matières fécales, peut-être, mais sûrement pas une eau exempte de toute pollution. Il y a quelques mois, le magazine Que Choisir concluait son enquête sur la qualité de l'eau par un sinistre constat : « 1,5 million de Français ont de l’eau polluée qui sort de leurs robinets. » Le chiffre est déjà inquiétant, mais il est sans doute très en deçà de la réalité.

Quand le ministère de l’Ecologie n’hésite pas à dire que la présence de pesticides dans les cours d'eau est généralisée et que seuls 7% des cours d’eau en France en seraient exempts, on frémit d’angoisse. Cela donne une première idée, mais la réalité est encore pire car dans l’eau que nous buvons chaque jour, il y a aussi des résidus de médicaments (jamais filtrés), des matières radioactives (provenant pour l'essentiel directement des hôpitaux et de la scintigraphie), des molécules résultant du traitement de l’eau (aluminium, surdoses de chlore…) et des polluants de toutes sortes absorbés par le pouvoir dissolvant exceptionnel de l’eau.

Même si peu de gens y croient, il faut ajouter à cette pollution chimique une pollution énergétique qui a peut-être des effets plus délétères encore. Je ne reviendrai pas ici sur les travaux de Masaru Emoto ou sur ceux de Jacques Benveniste. Mais si l’on admet que l’eau est porteuse d’énergie et d’informations, la situation devient catastrophique. Imaginez que vous soyez une goutte d’eau dans un tuyau d’adduction attendant là, immobile dans le noir et dans un tuyau rouillé, que vous ouvriez enfin le robinet. Vous seriez déprimée, non ? Et bien l’eau, c’est pareil.

Faut-il rappeler que nous sommes composés à 80% d’eau (certains vont jusqu’à dire 95%) ? À votre avis, quel bien peut nous faire cette eau morte, triturée, chargée de poisons qui sort du robinet ? Aucun, c’est certain. Ainsi, nous sommes peut-être aussi pauvres en eau "vivante" que les peuples qui vivent dans les endroits les plus désertiques…

 
Alors, que faire ? Boire de l’eau en bouteille ? Sur cinquante eaux en bouteille, minérales ou de source,  testées il y a quelques temps par le magazine 60 millions de consommateurs, dix contenaient des traces de médicaments ou de pesticides. Et c’est sans prendre en compte la dissolution microscopique des contenants en plastique.

Bien entendu, il existe des systèmes ingénieux - souvent inventés par des gens sensibilisés aux approches naturelles - qui filtrent et rendent son énergie originelle à l’eau. Ils sont malheureusement très coûteux, mais dans certaines régions, ils sont indispensables. Mais on ne comprend pas pourquoi les particuliers devraient assumer une mission confiée aux gestionnaires de l’eau dont ils paient pourtant les services.

Cette situation est-elle normale ? La Cour d’appel de Paris a jugé il y a quelques jours que non, ce n’était pas normal, et elle a condamné la société Veolia à rembourser à un père de famille de l’Essonne la somme de 7 560 euros en réparation du préjudice de jouissance qu’il avait subi du fait de la mauvaise qualité de l’eau qui lui était distribuée. Il a dû fournir des analyses d’eau, des factures, des tickets de caisse... Cela a été long, mais il a été indemnisé.

Cet arrêt pourrait bien faire jurisprudence et inciter d’autres personnes en France à engager une action juridique pour que soit sanctionnée la mauvaise qualité de l'eau qui leur est fournie. C’est ce que j’espère sincèrement. Pas pour ruiner les Veolia, Suez ou la Saur, mais plutôt pour obliger ces entreprises considérables et influentes à considérer enfin l’eau comme une ressource rare, fragile, et surtout, vitale afin de les amener à peser de tout leur poids pour éviter, en amont, sa pollution.
bonjour,
j'utilise depuis quelques années un filtre à charbon fixé sous l'évier, l'eau arrive par un petit robinet à coté du robinet eau chaude eau froide. d'après les indications et en fonction du choix on peu filtrer pas mal de cochonnerie. le filtre dure 6 mois et coûte 45€ environ. ça vient d’Allemagne marque : Carbonit, on en trouve en France sur le net ou dans certains magasins de bricolage. D'après la fiche technique ça filtre 98% bactéries, pesticides, métaux lourds, etc.
Comme on n'analyse pas l'eau qui sort du filtre on ne peut être certain ! mais on fait confiance. Dans mon village la source est polluée par l'atrazine pour le reste c'est en dessous de la norme donc l'eau est dite "potable".
Barbara