Guérir du Candida ... ensemble !

Version complète : Spiritualité
Vous consultez actuellement la version basse qualité d’un document. Voir la version complète avec le bon formatage.
Bonjour à tous !

Voilà j'entends de ci de là que dans l'accompagnement de la candidose, la réforme alimentaire ne suffit pas, et je commence de plus en plus à m'intéresser à l'aspect spirituel du problème. Ayant toujours été une grande angoissée et stressée qui se réfugiait dans une hyperactivité permanente j'ai longtemps considéré comme charlatanisme tous ces "trucs" de spiritualité. Et je suis convaincue qu'aujourd'hui mon corps me rappelle à l'ordre.

Alors voilà, il y a déjà eu un post sur le yoga, un sur les essences florales, mais j'aimerai avoir des témoignages car je ne sais pas par où commencer... Avez vous suivi un chemin spirituel en même temps que celui de l'alimentaire? Lequel ? Psy, sport, méditation, magnétiseur, acupuncture, etc...

Merci à tous de vos témoignages !!!
Au fil de ses recherches, le Dr Klinghardt a mis en lumière un phénomène général de la plus haute importance : il existe toujours dans le corps, a un instant donné, un équilibre qui se forme entre le taux de toxicité global d'une personne, la charge bactérienne/virales/fongique, et la présence de conflit émotionnels non résolus du passé. La notion réellement importante a comprendre ici repose sur ce mot: EQUILIBRE. Cela veut dire que le corps s'ajuste en permanence en fonction de ces trois paramètres, et que certaines déductions très importante apparaissent alors plus clairement:

- Quelle que soit la charge de ces trois facteurs, le corps cherche toujours a définir un équilibre, aussi précaire et fragile soit-il
- Le fait de travailler sur un de ces 3 aspects, va dans l'immédiat rompre cet équilibre, et le corps va donc chercher a en créer un nouveau au plus vite, qui sera différent.
- Les phases ou cet équilibre est cassé représentent celles ou l'on se sens le plus mal (majoration des symptômes, apparition de nouveaux)

il faut travailler simultanément sur ces 3 aspects, c'est la clé qui permet de faire de réels progrès durables !

source

[undefined=undefined]Bonjour à tous Smile


j'ai personnellement suivi le régime anti candida de façon stricte pendant 6 mois en 2012. J'étais tout à fait concernée par cette problématique et le régime était une étape nécessaire.

Comme le souligne 'Matt Asie', mes souffrances liées à la candidose étaient également liées à des souffrances psychologiques. Mes épisodes les plus difficiles se sont clairement manifestés à des moments de grande insatisfaction quant à la vie que je menais. Le premier 'burn out' que je n'ai pas pu manquer de remarquer (mais qui n'était pas le premier), s'est déclaré à un moment où j'essayais de m'engager dans des études en suivant la raison, alors que mon coeur n'en avait pas du tout envie!!

Toujours est-il, je me suis lancée dans le régime anti-candida lorsque j'ai pris connaissance de l'existence de ces troubles, et de la possibilité d'un rééquilibrage. Ce régime a changé ma vie, même si je l'ai interrompu au bout de 6 mois. Je ressens avoir globalement permis à mes intestins de se régénérer, à mon système immunitaire et à mon système hormonal de se refaire une santé également. Après la fin du régime, je ne suis pas tombée malade pendant 1 an (même pas un rhume). Maintenant il m'arrive de tomber malade, mais je ne prend aucun médicament (repos et huiles essentielles sont mes alliés).

Mes problématiques essentielles n'étaient pourtant pas résolues au bout de ces 6 mois de régime. Je vivais toujours une certaine insatisfaction liée à mon mode de vie. La question était plus globale pour moi et ne se limitait pas à ce que je mangeais. J'ai en fait cessé mon régime pour vivre dans une communauté spirituelle, où je n'avais pas la possibilité de maîtriser le contenu de mon assiette.
Néanmoins, à travers la découverte de la méditation et des enseignements du bouddhisme (qui me touchent personnellement, mais chaque personne a une sensibilité différente!), le cheminement intérieur, la vie en communauté, un mode de vie globalement cohérent... je me suis grandement épanouie Smile
Je ne vivais plus dans la dualité: travail/maison, mes amis avec qui j'aimerai sortir/oui mais moi je ne peux pas manger au restaurant... qui continuait à me toucher à l'époque où je suivais le régime.

J'ai appris à m'ouvrir, à moi-même et aux autres, ce qui sous-tendait bien les deux problèmes physiologiques majeurs dont je souffrais. La santé mentale m'a donc énormément aidé.
Je souffre toujours d'une [undefined=undefined]sensibilité[/undefined], que je sais reconnaître. Je remarque que mes émotions, aussi bien qu'un abus de produit laitiers peuvent réveiller mes douleurs chroniques. Mais j'ai beaucoup moins peur, car dans les deux cas, je sais comment apaiser cet état.

Le régime anticandida m'a en fait ouvert la voie vers le bouddhisme, en amenant une réflexion sur nos habitudes de consommations, la notion de modération, la pratique de manger en conscience (pour éviter de manger nos soucis, entre autres). Et aussi, en me posant la question: pourquoi devrions-nous avoir une assiette de frites ou une chope de bière entre nous pour apprécier la présence d'un ami?

J'ai toujours le souhait, de trouver la possibilité de revenir tant que possible aux préceptes d'une alimentation de type AC. Pour ceux qui ne savent pas par où commencer dans l'ouverture à la spiritualité pour les accompagner, je viens de découvrir la pratique du QI GONG, et je trouve que c'est très pertinent! Je pense que la médecine chinoise dans sa globalité (qui inclue les notions de spiritualité) apporte déjà toutes les réponses à nos problématiques.
Peut-être que ces vidéos (en anglais)peuvent vous intéresser à ce sujet:
http://www.youtube.com/watch?v=CPl8JNxSYIY
http://www.youtube.com/watch?v=BhoVL96BjP8
http://www.youtube.com/watch?v=tYdX5IP7lOE


En vous souhaitant tout le meilleur *[/undefined]
Voilà une très belle leçon de vie.

Pour ma part je penche vers le bouddhisme également depuis la candidose mais je n'ai pas encore assez de temps pour m'y adonner complètement (je refais intégralement mon appart).

Nous sommes tellement pollués par des ondes négatives et des choses que nous n'arrivons pas à surmonter ou à avaler. Je pense que le bouddhisme est une voie qui peut nous aider énormément.
Célerillon ton message date un peu mais une question brule mes lèvres, as-tu finalement réussi à guérir de la candidose ?

Aujourd'hui je suis allée voir un guérisseur. Il a travaillé à rééquilibrer mes énergies. Je dois attendre 7 jours pour voir les réels effets, et il n'avait pas l'air convaincu des effets d'un régime quel qu'il soit.

J'ai tout de même décidé d'essayer de m'y remettre plus sérieusement mais la seule chose qui me pose encore problème est celle que tu soulèves : comment faire pour aller au restau avec ses amis ?
Tu as fini par le faire? ou tu l'évites encore?
Pour le bar, pas de souci je prends de l'eau minérale ou de la tisane me^me si on me regarde bizarrement. Mais le restau c'est plus problématique, que manger dans un indien par exemple?

merci de ta réponse !
Et j'ai oublié de préciser qu'aujourd'hui plus que jamais je crois que la candidose est une maladie dont la solution se trouve à 80% dans autre chose que le régime : psychologie, énergie, etc...
Hello, ce sujet m’interpelle mais je vais apporter un éclairage qui va aller dans une tout autre direction. Bien sûr on peut se sentir à l'origine d'un trouble physiologique mais faut-il pour autant en faire la cause principale ?

Personnellement j'ai commencé à avoir des problèmes de mycoses justement parce que j'allais mieux et j'avais décidé de faire du sport, et de la marche. J'ai embrassé la spiritualité vers l'age de 25 ans, et réellement pratiqué à 30. C'était une époque avec ses hauts et ses bas, je me souviens une fois d'être arrivé au dojo zen très fatigué, aigri, anxieux parce que j'avais mal dormi et n'avait pas pu faire la sieste à cause de bruits dans l'appartement. Lors du premier zazen je lutais pour ne pas m'endormir, et en fait la méditation a permis à mon esprit de se reposer et lors du second j'ai pu vraiment méditer et connaître un état d'ouverture et de plénitude dont j'ignorais la possibilité. Alors ce n'était peut-être pas l'éveil du Bouddha je vous l'accorde mais ce fut une révélation, comment peut-on en 15/20 minutes passer du tout au tout ?

Au sortir du dojo je suis rentré chez moi, euphorique, à pieds et le soir je voyais toutes les lumières de la ville comme si c'était la première fois. Dès lors je pris l'habitude de, souvent, rentrer à pieds après la méditation. C'était très bien pour se vider la tête, hélas une grossière erreur car c'est comme ça que des petites mycoses sont apparues et par la suite des symptômes plus graves (muguet, maux de tête, vertiges, etc).

J'ai depuis toujours pratiqué la méditation mais je n'ai jamais pu freiner ou résoudre le problème par le mental. Pourtant ce n'est pas faute d'avoir essayer, ainsi qu'avec divers scénarios d'auto-hypnose. On arrive à susciter de grands états de clarté, une grande sensibilité, une quiétude sans pareil où effectivement les paramètres physiologiques changent pour le mieux. Mais je me réveil en général en moins bonne forme que le soir où j'ai pu récupérer en vitalité, preuve que le mental à ses limites.

En état de relaxation, la respiration devient lente et profonde naturellement, le nez est dégagé, le cœur bas lentement et silencieusement. Les yeux sont mieux irrigués. Le corps devient un peu plus froid. La notion du temps change, il semble ralentir. Parfois curieusement on est mieux coiffé, comme si la chevelure semblait se disposer plus harmonieusement elle même (à l'opposé de la coupe en pétard). Globalement on est bien, avec un sentiment d'intégrité corporel, mais hélas ce ne semble pas suffire à soigner certaines maladies.

Il y a des méditants célèbres qui sont morts de cancer, ou qui ont eu des maladies infectieuses graves (une connaissance récemment a été hospitalisée d'urgence lors d'un voyage en Asie suite à une encéphalite virale). Bref.. voyez, certes le mental en "bon ordre" est un plus mais il faut se garder de tomber dans la pensée magique qui consiste à croire qu'on peut se soigner avec la méditation ou je ne sais qu'elle forme de spiritualité. Même les hypnothérapeutes conseillent à leurs patients d'aller voir des spécialistes, plutôt que de se reposer sur le pouvoir de la suggestion.

Les pathogènes existent indépendamment de notre volonté, des facteurs environnementaux peuvent aussi nous affecter sans qu'on le détecte.

Néanmoins je ne peux que vous conseiller de suivre votre désir de spiritualité si vous en avez un, c'est une chance inouïe de se sentir appelé. J'ai suivi la tradition du bouddhisme zen car il n'y a pas de chichi, mais le public aime bien le bouddhisme tibétain. Le chamanisme est intéressant mais moins encadré, et moins présent en France, ce doit être un milieu très confidentiel, et puis tout le monde peut se dire chamane, bref.... c'est risqué. Au moins les écoles bouddhistes offrent une certaine stabilité et une garantie que ce ne soit pas du grand n'importe quoi.
Dans mon cas c'est lorsque j'ai fait une retraite solitaire  dans un village assez isolé (dans le but d'avoir une vie plus spirituelle et tournée vers la méditation) que la candidose systémique a explosé.....Depuis trois ans de souffrance.... guérir est devenu une quete... j'ai prié, j'ai médité, j'ai essayé plein de choses, j'ai vu des thérapeutes de tout genre et je reste avec cette question dont je n'ais toujours pas la réponse: pourquoi nous arrive t'il ce qu'il nous arrive? Une chose est sure , cette "maladie" nous pousse à mettre toujours plus de conscience dans notre vie....Certains disent qu'il faut remercier les maladies....