Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Coup de gueule - Tableaux d'aliments autorisés ou pas
#1
Voilà voilà,


Je profite de cet espace encore vierge qui attend son premier sujet pour grogner Big Grin

Je m'énerve chaque fois toute seule devant les innombrables tableaux que j'ai pu consulter, à propos des aliments "bons ou mauvais" pour traiter une candidose, ou "acide ou basique", etc etc.


A chaque fois ce sont des tableaux binaires, "OUI OU NON", "ça mais pas ça", complètements dogmatiques. Sans aucune subtilité (du genre, "ok une fois par semaine, mais n'en abusez pas", ou "à ne pas associer avec des céréales, mais plutôt avec des légumes").

Surtout, sans information détaillée pour chacun des aliments, qui permettrait d'argumenter, préciser, expliquer, pourquoi-comment, et qui permettrait à l'acteur (nous), de faire ses choix en pleine conscience, de s'autoriser certain compromis, écarts, avec intelligence...


Surtout dans le cadre d'un traitement anti-candida ou 95% du traitement repose sur la volonté du patient et sa capacité à chaque repas de contrôler ce qu'il mange. Sa participation est esssentielle, et elle devrait se faire en pleine connaissance de cause pour être la plus efficace possible.

A un autre niveau même, je pense que savoir pourquoi un aliment est bon pour nous, plutôt que de simplement savoir s'il est autorisé ou interdit, nous permet d'apprécier pleinement notre repas, et de tirer profit de cette connaissance éclairée-satisfaction.


Bon, finalement, ce coup de gueule ne s'adresse pas aux membres de ce forum, très actifs, qui montrent un vrai désir de prise en charge éclairée de leur santé... Mais à côté il y a le fait que certain mettent des mois avant d'apprendre que les betteraves, ou pire, le maïs, contiennent bien trop de sucre qui nourrissent le candida :S


Bref, si un médecin passe par là: il faut bien expliquer aux patients de quoi il retourne, ne pas les prendre pour des cons en leur parlant simplement d'un "régime"... Je doute sérieusement que ça puisse fonctionner ainsi.
Six mois de régime en 2012 + un équilibrage psychologique et spirituel depuis 2 ans = un céleri épanoui aujourd'hui !
Répondre
#2
Je suis pleinement d'accord avec toi : c'est fatigant tous ces tableaux un peu binaires qui se contredisent bien souvent, qu'il s'agisse du régime anti-candida ou de l'équilibre acido-basique. Je me suis, moi aussi, arraché bien des cheveux dans mes débuts de l'un et l'autre régime (tant mieux, j'en avais trop Tongue).
Mais...
ils ont tout de même l'intérêt d'exister... et de nous mettre sur la piste des bons questionnements alimentaires, qu'il faut ensuite vérifier dans nos corps. Après tout, nos corps sont encore les plus pertinents en matière de réflexion alimentaire.
Ce qui apparaît comme évident, c'est que la science a ses limites et que les médecins n'en savent finalement pas tellement plus que nous sur ces questions.
Personnellement, pour répondre à toute cette partie nébuleuse, qui concerne un certain nombre d'aliments, j'ai choisi de faire... un tableau justement (lol) dans lequel je rajoute une colonne pour les contradictions et où se trouvent tous les aliments controversés de manière à aiguiser ma vigilance corporelle à leur sujet. Et c'est ici, précisément, sur ce forum, que je suis attentive à ce qui se dit d'eux. Peut-être qu'un jour nous en saurons plus que nos propres médecins !
On peut aussi faire marcher son intelligence gustative : tu parles des betteraves par exemple. Eh bien, comme j'ai compris que les carottes crues étaient autorisées dans le régime anti-candida (après trois semaines d'abstinence en même temps que les fruits, pour affamer le champignon suffisamment longtemps) mais interdites une fois cuites, j'ai mangé en pleine conscience de l'une et de l'autre, ensemble, pour comprendre. Si tu fais l'expérience, tu verras que, sans aucun assaisonnement, elles sont beaucoup plus sucrées cuites que crues. Pourquoi ? Ca c’est une autre question, bien trop calée pour moi qui suis une intuitive ! Aussi, ai-je entrepris d'écouter mon intuition et de mener la même expérience avec les betteraves (après tout, elles ont deux points communs : les deux sont des légumes-racine au gout sucré). Je te donne en mille ce qui a résulté : c'est encore plus flagrant pour les betteraves. Or, statistiquement parlant, on les mange en France plus souvent cuites que crues (c'est culturel). Or, aucun ouvrage ne précise si l'interdiction porte sur la version cuite, la version crue ou les deux. Du coup, je ne m'interdis pas les betteraves crues que je sais particulièrement riches en vitamines et minéraux précieux.
Par ailleurs, si tu consultes les ouvrages de spécialistes qui ont envisagé les aliments comme des médicaments (je pense à Jean Valnet, par exemple, que j'ai déjà cité sur ce forum), tu découvriras deux choses au sujet de ces deux légumes :
1. cuits, ils s’oxydent rapidement (en particulier la carotte) et deviennent toxiques dans ce cas : il faut donc les consommer sur le champ (dans les 24h) si l'on ne veut encourir aucun risque d'intoxication ; crus, tout au plus, ils perdent leurs vertus...
2. crus, ils ont des propriétés beaucoup plus intéressantes que cuits.
Évidemment, je ne veux pas dire par là que j'ai raison d'en consommer crus. Mais l'absence de toute justification raisonnable pour diviser les carottes en deux catégories me conduit à décider avec ma raison intuitive plutôt qu'avec la raison des autres. D'autre part, comme certains fruits, ils profitent réellement à ma santé : je l'ai expérimenté dans mon corps. C'est pourquoi je ne fais personnellement pas le régime strict (tout en précisant ce qui constitue un écart au régime "officiel" quand je publie mon avis ici, et en restant ouverte à l'hypothèse de m'y mettre un jour si je le juge nécessaire, on ne sait jamais…).

Pour en revenir à l'équilibre acido-basique, que je pratique depuis presque deux ans, et que je combine maintenant avec certaines contraintes du régime anti-candida, le conseil que je peux te donner (tant les indices Pral sont parfois contradictoires sur certains aliments), c'est de te baser sur ce qui fait l’unanimité :
D’un côté les aliments alcalisants et permis dans le régime anticandida :
- quasiment tous les légumes (sauf les « allium » : ail, échalote, oignons, poireaux, ainsi que l’oseille qui sont, au mieux, sujets à controverse, au pire acidifiants)
- la châtaigne, les amandes (tous les autres oléagineux sont acidifiants)
- le jaune d’œuf (le blanc, lui, est acidifiant)
De l’autre, les aliments acidifiants, soit :
1. ceux qui sont interdits dans le régime anti-candida et que nous ne consommons pas (il est donc inutile de s'en préoccuper) : les sucreries industrielles, le gluten, l'alcool, les viandes d'abattage pleines d'antibiotiques, fromages, etc...)
2. ceux qui sont permis et qui contiennent des protéines (nécessaires pour la santé), qu’il faudra simplement compenser par quantité d’aliments alcalisants (tous excellents pour la santé et qu’on peut donc manger sans modération ; tant mieux, on a très faim ! ) : la viande de bonne qualité, les légumineuses, les céréales complètes sans gluten, les oléagineux.
Au sujet de ces derniers, il faut retenir plusieurs choses :
- Tous ces aliments contiennent des acides aminés (les constituants des protéines) mais, seuls les produits animaliers contiennent tous ceux qui nous sont quotidiennement nécessaires. Pour un végétarien, il est donc indispensable de combiner céréales ET légumineuses et/ou oléagineux chaque jour, car les acides aminés qui manquent aux uns sont présents chez les autres et vice-versa. Les combiner permettra donc de synthétiser les protéines sans problème.
- Pour en faciliter la digestion, il est important de ne pas cumuler protéines animales ET légumineuses/oléagineux. Les repas doivent donc contenir soit viande (ou poisson) + céréales, soit céréales + légumineuses/oléagineux.
- Dans nos civilisations occidentales, nous consommons tous plus d'acides aminés qu’il nous est nécessaire, y compris les végétariens (eh oui , nous en avons en réalité besoin de très peu). Aussi, si nous prenons soin d’en manger simplement tous les jours, nous ne risquons aucune carence même si nous sommes prudents avec les quantités.
- Deux aliments contiennent quantité de protéines et ne sont pas des céréales : le quinoa et l’amarante ; tu peux donc les combiner avec tout ce que tu veux. C’est la bonne nouvelle finale.
De fait, tu maintiens forcément ton équilibre acido-basique si tu tiens compte de ces données, puisque la quantité de légumes (quasiment tous alcalisants) sera toujours plus conséquente que la quantité d’aliments protéinés.
Enfin, certains produits sont neutres, c’est le cas des huiles végétales bio de 1ère pression à froid (les autres sont acidifiantes et sans intérêt nutritionnel, il faut les oublier définitivement) et des yaourts 24h.
C’est en gros ce que j’ai retenu de mes cours d’hygiène alimentaire et de mes nombreuses lectures sur les deux régimes. J’espère évidemment n’avoir dit aucune bêtise (on en dit tellement partout à ce sujet) et avoir montré la plus grande prudence dans ce très (trop) long discours. En tout cas, j’ai répondu à la question que tu n’as pas posée, tu vois. Big Grin
Je vous ai tous assommés ? vous êtes encore là ? Arrêtez-moi, hein, si je suis trop prolixe ! Angel
Répondre
#3
Prolixe ? Tu es loquace, oui ! Smile

C'est un excellent retour d'expérience, en tous cas. Plus j'expérimente, plus je lis, et plus je me rend compte que le régime ne doit pas être si strict que ça, ou en tous cas que nous ne tolérons pas les mêmes choses.

J'ai acheté le livre de Valerio Pignatta, qui fait une sorte de résumé de la problématique du programme anti-candida (c'est un journaliste). Je viens de commencer à le lire, mais apparemment la nouvelle tendance pour le régime serait de le faire moins strict, pour que les gens réussissent à le tenir.

Les Leon Chaitow, Crook et cie étaient peut-être un peu trop zélés Wink

Pour ce qui est des betteraves et des carottes, je suppose qu'un certain nombre de polysaccharides sont cassés pendant la cuisson, ce qui fait qu'il y a bien plus de disaccharides et de sucres simples, qui, eux, ont le goût de sucre (et qui sont utilisables directement par le Candida). Mais il faudrait vérifier !

Max
Répondre
#4
Big Grin oooooh ! j'adore, j'adooore décidément tes traductions "masculines" de mes petites intuitions "féminines", Max ! Tu dis polysaccharides et disaccharides !? Ca me donne envie de refaire de la physique-chimie. Mes talons d'Achille d'autrefois. Wink
En tous cas, je ne connais pas Valerio Pignatta, mais je suis ravie d'être, sans le savoir, dans la nouvelle tendance. Tu nous prépares un petit compte-rendu, c'est ça ?
Ceci dit, Mme Kousmine était alors précurseur de cette nouvelle tendance puisque ses propositions étaient aussi nettement moins contraignantes : elle n'interdisait pas le sucre, par exemple, s'il s'agissait de sucre complet (rapadura) ou de miel biologique pris avec modération, ni les laitages (au contraire, elle faisait consommer du petit lait), mais elle insistait sur l'intérêt des lavements intestinaux, projet que je n'ai personnellement toujours pas écarté, même s'il me fait peur et malgré le post, sur le sujet, d'Entr2o.
Ce qu'il y a de bien avec ce candida bien installé, c'est qu'on a autant d'expériences derrière que devant nous ! L'infini quoi ! Tongue
Répondre
#5
salut ! dans le tableau de légumes à manger l'ail est proscrit ? je suis pareil que celerion : pommée !!!! Sinon je ne suis pas encore trop l'acide/basique...Undecided
Répondre
#6
L'aïl est même un antifongique naturel à consommer sans modération, vraiment... à chaque repas et cru si tu peux, à défaut seulement le soir. Fais-en manger aussi à ton homme. C'est mieux d'être conjugalement d'accord pour passer des nuits aromatisées à l'aïl. Wink
Répondre
#7
Oui, mais ne peut-on pas devenir intolérant à l'ail ? Cela m'ennuierait, moi qui suis du pays de l'ail rose...
Répondre
#8
L'ail frais, pris en quantité importante (surtout à jeun) peut véritablement provoquer des étourdissements très violents (chutes de tension magistrales). A toi de le consommer dans la mesure de ce que ton corps supporte.
C'est un grand allié santé, qui va bien au-delà des propriétés antifongiques.
L'idéal est d'en faire un usage raisonnable et régulier afin de le supporter le plus longtemps possible (toute sa vie par exemple Wink).
Ce serait vraiment dommage d'en être privée. Smile
Répondre
#9
Merci LolaFleurie pour ces infos que j'ignorais.
En fait, j'ai baissé de moi-même au bout de 15 jours la quantité d'ail que je mangeais pour combattre le candida.
Mon corps a dû me dire que c'était trop...
Répondre
#10
Bonjour à tous,

Intéressante cette discussion sur les tableaux binaires oui/non !

Quant à moi, j'ai eu 2 sources d'info: celle d'un site Internet, http://www.ateliersante.ch/candida2_trai...correction, que je fuis : le dogmatisme, voire la morale ne m'intéressent pas. Ce type de thérapeute est à fuir, pour moi. Un écart est ainsi culpabilisant !

L'autre source est celle du Dr Besson, dont le bouquin ne mentionne pas "interdit" "autorisé", mais les "bons" sucres, les "mauvais" sucres. Dans le texte, Besson utilise de nombreuses fois le verbe "éviter" et non "interdit".

Ainsi, chacun peut se déterminer selon ses conditions de vie et selon ses possibilités.

Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  Coup de gueule et retour à la réalité rst 0 4 454 08-30-2012, 07:40 PM
Dernier message: rst

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)