Le Régime Anti-Candida En Détail

Quelques précisions avant de parler du régime anti-candida. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, certaines personnes souffrant de dyspepsie et de reflux gastro-oesophagiens n’ont pas l’estomac qui produit trop d’acide. En fait, leur estomac en produit trop peu, ce qui entraîne :

  • digestion incomplète de la nourriture dans l’estomac d’où fermentation et production de gaz
  • activité du candida dans un environnement qui n’est pas suffisamment acide pour l’inhiber

Les chercheurs ont montré que l’environnement idéal pour le candida est légèrement alcalin (pH 7,4), tandis que ce dernier est totalement inhibé quand il y a trop d’acidité (pH 4,5). Les personnes prenant des anti-acides (comme les IPP, notamment) favorisent donc l’activité du candida-albicans dans leur système digestif.

Les facteurs suivants peuvent expliquer que l’estomac ne produise pas assez d’acide :

  • exposition à des polluants toxiques (comme le DDT)
  • consommation de marijuana
  • consommation excessive de café
  • carence en zinc, nutriment essentiel à l’organisme, pour la formation des acides

Pour aider l’estomac, il est conseillé de prendre des capsules d’acide chlorhydrique. Si cela réduit les symptômes significativement, vous pourrez ensuite passer aux compléments à base de plantes, notamment les swedish bitters, un mélange d’herbes comme le pissenlit, à prendre deux ou trois fois par jour, 20 minutes avant les repas.

Les carences en zinc sont détectables dans la transpiration. Si elles sont avérées, il est conseillé de prendre 20 mg de Zinc par jour, pendant quelques mois.

Les enzymes digestives

Il peut-être utile de prendre des compléments d’enzymes digestives, qui aident à digérer la nourriture, notamment si vous souffrez d’allergies ou d’intolérances alimentaires. Préférez les enzymes à large spectre.

La question des aliments à base (ou dérivés) de levures

L’étape la plus importante pour remettre le candida-albicans sous contrôle c’est l’exclusion du sucre, sous toutes ses formes. Toute personne souffrant de sucroissance du candida doit s’y plier. Par contre, seules les personnes sensibles ou allergiques au candida et à ses toxines doivent impérativement éviter les aliments à base de levures et leurs dérivés (ainsi que tout ce qui contient des moisissures), pendant au moins 3 mois. Cela arrive notamment quand le candida, en se transformant en mycélium, a abimé la paroi intestinale.

Quels aliments contiennent des levures et/ou des moisissures ?

Levures
Levures sèches

Ces aliments ont tendance à aggraver les symptômes dus au candida, notamment les ballonnements et autres gaz, souvent dus à des intolérances alimentaires. De fait, quand une personne est intolérante/allergique au candida, elle a tendance a réagir de la même façon face à un champignon/une levure d’une autre espèce. Alors comment savoir si votre organisme est sensible au candida-albicans ? Si vous avez des symptômes suite à l’ingestion de champignons ou de produits à base de levure/contenant des moisissures, vous avez de grandes chances de l’être. Ca n’est pas évident puisqu’un grand nombre de produits contiennent des levures ou sont recouverts de moisissures, sans que vous le sachiez (par exemple, les fruits secs). Commencez donc par supprimer tous les produits suivants de votre régime, et réintroduisez-les un par un en suivant la méthode de rotation-exclusion (et en notant bien tous les symptômes).

Les personnes sensibles au candida doivent donc éviter, en plus de tous les aliments contenant des céréales raffinées et du sucre :

  • les champignons
  • les truffes
  • la sauce soja
  • les soupes préparées
  • le thé noir
  • babeurre ou crème sure
  • tous les fromages
  • tous les fruits secs (beaucoup de moisissures à la surface)
  • toutes les boissons fermentées, comme la bière, le vin, le cidre, la ginger ale et les alcools forts
  • tous les produits maltés
  • tout ce qui contient du glutamate de monosodium, souvent dérivé des levures
  • tous les vinaigres (on le trouve souvent dans les sauces ainsi que dans les décorations de plats au restaurant, dans les choucroutes, les olives et les marinades)

Note : certains experts ne sont pas d’accords sur l’intérêt de l’exclusion du vinaigre et des produits en contenant (choucroute, cornichons, olives, etc.). Le vinaigre de cidre étant bon pour la santé, le mieux c’est que vous l’essayez selon la méthode d’exclusion-rotation.

Si vous avez la moindre réaction aux levures et aux moisissures, vous devez impérativement éviter les produits suivants pendant au moins 3 mois après le début du régime anti-candida. Ils sont de fait dérivés de levures ou sont composés de dérivés de ces dernières :

  • certains antibiotiques (d’ailleurs dans le cas d’une candidose, tous les antibiotiques ne doivent-être utilisés qu’en cas d’absolue nécessité, car ils déséquilibrent la flore intestinale « amie » et favorisent la croissance du candida-albicans)
  • les tablettes de multi-vitamines (sauf quand il est précisé sur l’emballage qu’elles ne proviennent pas de levures)
  • les vitamines B
  • le sélénium

Il est possible de trouver la plupart de ces produits sous une forme non dérivée de levures. Pour votre bien, demandez à votre pharmacien s’il les a en stock ! Ces aliments de « nourrissent » pas le candida directement. Si vous êtes sensibles aux levures, les aliments en contenant affaibliront votre système immunitaire qui devra les combattre en plus de tous les micro-organismes étrangers, comme le candida. Cela laissera donc le champ libre au candida-albicans, d’où une augmentation de vos symptômes après la consommation d’aliments contenant des levures ou des dérivés de ces dernières.

Au sujet des patients sensibles aux levures, le Dr. Truss déclare :

Je suis convaincu qu’il y a des aliments à éviter absolument. Cela inclut les produits fermentés comme le vinaigre, les champignons, et les fromages contenant des moisissures. J’autorise par contre mes patients à manger du fromage blanc et des yahourts.

Avant d’éviter tous ces produits, lisez cet extrait d’une lettre du Dr. Truss à Leon Chaitow :

Il ne faut supprimer ces aliments du régime que si les patients ont des sensibilités aux levures

De fait, si vous vous rajoutez des contraintes inutiles, vous réduisez vos chances de tenir le régime anti-candida.

Méthode d’exclusion/rotation

Si vous n’êtes pas certains qu’un aliment est mauvais pour vous, vous pouvez un des deux protocoles suivants :

  1. Eliminez l’aliment de votre régime pendant 15 jours, puis re-consommez-en deux fois dans la même journée. Si vous ne souffrez ni de palpitations, ni de fatigue soudaine, ni d’impression de « brouillard » inhabituelle, ni de sensation bizarre dans la gorge et qu’aucun de vos symptômes ne se réveille dans les 24 heures qui suivent, alors vous pouvez réintroduire cet aliment dans votre régime. La façon la plus sure de l’introduire est de suivre la méthode de rotation. Vous ne mangez donc l’aliment que tous les 4 ou 5 jours, pendant 3 mois, le temps que votre flore intestinale se renforce.
  2. Eliminez l’aliment ou toute la famille d’aliments (produits laitiers ou levures, céréales, etc.) pendant une semaine, puis remangez normalement. Pendant toute la période, notez précisément vos symptômes, et leur évolution en termes d’intensité (notez donc avant l’évitement, pendant, puis après). Si vous vous sentiez mieux pendant la semaine où vous évitiez l’aliment ou la famille d’aliments (moins de symptômes ou symptômes diminués en intensité), et qu’ils sont revenus juste après, cela veut dire que l’aliment ou la famille tout entière oit être éviter pendant plusieurs mois avant d’être re-consommé.

Si vous êtes vraiment sensibles à un aliment en particulier, il est possible que vous souffriez de symptômes de retrait pendant quelques jours, après le début de votre nouveau régime (des symptômes que vous n’aviez pas auparavant). C’est normal et cela montre en fait que l’aliment que vous évitez désormais affaiblissait votre système immunitaire.

Les aliments riches en sucre

Le sucre (sucrose) doit être évité à tout prix dans la bataille pour inhiber le candida-albicans. Cela concerne le sucre blanc, le sucre brun, le sucre noir, et toutes les autres teintes. Le sucre sain n’existe pas. Votre organisme n’a pas besoin d’apports de sucre. Le taux de glucose dans le sang (autour de 1 gramme par litre, la plupart du temps) couvre toujours les besoins des organes, quels que soient les apports extérieurs et les dépenses en énergie des organes. Il est capable de le métaboliser lui-même, et c’est ce qu’il a toujours fait dans l’histoire de l’humanité (de moins en moins, certes, durant des 100 dernières années, et c’est bien le problème…).

Le seul avantage du sucre, c’est le goût qu’il donne aux aliments. TOUS les sucres favorisent la prolifération du candida-albicans. Cela comprend les sirops, le miel, le fructose, le maltose, le glucose, le sorbitol, le sucre des dattes, le sirop d’érable, et tous les aliments sucrés, même légèrement. Ainsi les bonbons, le chocolat et autres jus de fruits doivent-être évités.

On peut trouver curieux de devoir éviter le miel. Après tout, c’est un produit naturel, non raffiné, qui conserve longtemps et qu’il n’a pas l’air de moisir.

Miel
Bouteille de miel

Le miel est hygroscopique, c’est-à-dire qu’il a tendance à absorber l’humidité de l’air.

Plus le miel absorbe l’humidité de l’air, et plus le niveau d’eau à sa surface augmente. A partir d’un certain point, le sucre à la surface sera suffisamment dilué pour que les levures et les bactéries présentes à la surface puissent croître. Pour éviter cela, le miel est chauffé avant d’être vendu, et on y ajoute souvent des conservateurs comme le benzoate de sodium, qui inhibe la croissance des levures.

C’est pourquoi le Dr. Truss interdit la consommation de miel pendant toute la durée du programme anti-candida.

Les céréales raffinées

Vous devez éviter le pain, les pâtisseries, les biscuits et les gâteaux étant donné qu’ils contiennent des levures. Mais ces aliments sont doublement indésirables : ils sont essentiellement composés de farines raffinées (sauf quand il est précisé qu’ils ne contiennent que des farines complètes). Par conséquent, vous devez à tout prix éviter ces aliments, même au milieu de votre régime, une fois que vos symptômes se sont calmés. Toute farine plus raffinée que la farine intégrale est donc indésirable. De fait, les farines raffinées contiennent moins de fibres et de nutriments, et deviennent de la nourriture pour les levures plus que pour vous. Et plus la farine est raffinée, plus son index glycémique est élevé, ce qui favorise l’apparition de diabètes, etc.

Selon le Dr. Truss,

Réduire les quantités de céréales raffinées ingérées diminue le taux de multiplication des levures, et devrait donc limiter les quantités de toxines envoyées dans le sang

Les céréales complètes, comme le blé complet, le riz brun, le millet et l’avoine sont désirables et doivent faire partie de votre régime alimentaire. Tout comme les farines intégrales.

Ndt : Je ne suis pas tout à fait d’accord avec l’approche de Léon Chaitow ici. Certaines personnes souffrent aussi de la consommation de céréales complètes, et dans certains régimes comme le régime GS, ces dernières sont totalement exclues. D’autant que les résidus de pesticides s’accumulent dans l’écorce des grains des céréales, donc manger des farines intégrales et des céréales complètes non biologiques peut se révéler nocif. En résumé, si vous voulez manger des céréales complètes, choisissez-les BIO, et si vous n’êtes pas sûr que cette famille d’aliments vous convient, faites un test en suivant la méthode d’exclusion – rotation détaillée ci-dessus.

De nombreux aliments transformés contiennent des sucres « cachés » ou des petites quantité de farine raffinée, qui leurs sont ajoutés pendant le processus de préparation/transformation. On ne trouve pas de sucre ou de farine dans leurs équivalents naturels, mais ces produits sont très utilisés par l’industrie agro-alimentaire pour des questions de conservation, de texture, ou tout simplement parce qu’il reste des résidus dans les machines. Ainsi la plupart des boites de conserve et certains aliments surgelés (notamment tous les plats déjà prêts) contiennent du sucre ou de la farine. Il sont donc indésirables, d’autant qu’ils n’ont pas d’intérêt sur le plan nutritionnel.

Il y a 100 ans, la quantité de sucre consommée dans les pays riches était de 9 kg par personne et par an. L’alimentation était alors bien plus riche en nutriments essentiels. Aujourd’hui, les Américains et les Anglais en consomment 45 kg par personne et par an, soit 5 fois plus. Le corps humain a des capacités d’adaptation exceptionnelles, mais un siècle c’est bien trop court pour un tel bouleversement.

Le surmenage des organes

Le pancréas est l’organe qui produit l’insuline ainsi que les enzymes essentiels qui digèrent les protéines. Il est stressé lorsque votre régime alimentaire est riche en sucre, et peut rapidement devenir « surmené ». Lorsque vous consommez du sucre ou un aliment en contenant, votre pancréas produit de l’insuline pour réguler le niveau de sucre dans votre sang. Il produit aussi de l’insuline lorsque vous buvez du thé ou du café, même sans sucre. Ces boissons causent en effet la libération de sucre par le foie (le stress a le même effet, car il entraîne la production d’adrénaline, qui stimule le foie).

Un régime alimentaire riche en sucre, thé, café, alcool, coca-cola et chocolat (qui contiennent de la caféine, qui stimule le foie et le fait libérer du sucre), favorise l’apparition du cycle de surmenage des organes, et notamment le foie et le pancréas. Le problème, c’est que la plupart des habitants des pays riches ont adopté ce régime. D’un autre côté, il est facile d’en sortir avec un peu d’effort, et les premiers résultats sont presque immédiats.

Les fluctuations du niveau de sucre dans le sang ont un effet profond sur votre personnalité. Elles sont dues à un cercle vicieux : d’un côté les prises de sucre et le sucre relâché par le foie augmentent le taux de sucre, ce qui entraîne la production d’insuline par le pancréas, pour réduire le taux de sucre. Comme les prises de sucre et les « stimulations » du foie (caféine, théine, alcool ou stress) sont répétées, le cercle vicieux est permanent. Les organes sont surmenés et les fluctuations du niveau de sucre vous fatiguent et altèrent votre personnalité.

D’ailleurs, un régime alimentaire riche en sucre implique souvent des carences en aliments riches en vitamines et minéraux dont l’organisme a besoin. Ce régime altère donc le fonctionnement d’autres systèmes de l’organisme, comme le système immunitaire.

Ce cercle vicieux peut prendre des années à se mettre en place. Une sensation de mal-être s’installe progressivement. L’activité du candida augmente, imperceptiblement au départ, causant progressivement plus de symptômes. Le sucre est bien une drogue « pure, blanche et mortelle ».

Pendant au moins trois semaines après le début du régime, il est conseillé d’éviter les fruits frais, à cause de leur haute teneur en fructose. Et même après trois semaine, vous n’aurez droit ni aux melons, ni aux pommes et ni aux raisin, qui sont trop riches en fructose.

Verre de lait en train d'être rempli
Supprimez le lait de votre régime

Le lait contient son propre sucre, le lactose. C’est pour cette raison qu’il doit-être exclu de votre régime alimentaire. Seule exception à cette règle : les yahourts. Attention cependant, ils doivent impérativement être « vivants ». Certains contiennent des probiotiques morts ou incapables de se multiplier.

D’autres ont du sucre ajouté. Les yahourts sont bénéfiques pour vous puisqu’ils contiennent des probiotiques qui inhibent le candida (notamment grâce à la production de vitamine B) et favorisent l’équilibre de la flore intestinale.

Les autres aliments à éviter

La viande et le poisson fumé, les saucisses et le corned-beef sont proscrits car ils contiennent des substances artificielles, dont certaines sont dérivées des levures, qui perturbent votre flore intestinale et ralentissent donc votre guérison.

Evitez toutes les noix, sauf celles qui sont en coque. Ce sont des aimants à moisissures lorsqu’elles sont rances. D’ailleurs tous les produits conservés pendant longtemps, à part les surgelés, sont nocifs pour vous. Ils sont susceptibles d’être légèrement moisis, même si ça ne se voit pas.

De la motivation

Le succès d’un programme anti-candida dépend de nombreux facteurs, mais le plus important reste la motivation. Jusqu’où êtes-vous prêts à aller pour vous sentir mieux ? Vous avez désormais votre santé en main. Il vous reste toujours un grand nombre d’aliments excellents, et bons pour la santé, que vous pouvez manger à loisir. Il est probable qu’une fois que vous aurez l‘habitude de manger de façon très saine, vous ne voudrez plus réintroduire les « indésirables » dans votre régime, même lorsque le candida sera sous contrôle.

Les bonnes habitudes alimentaires

Petit déjeuner
il a été prouvé qu’un régime riche en fibres est le meilleur moyen de guérir du candida. Le Dr. Jeffrey Bland écrit d’ailleurs :

Le régime anti-candida doit être plus riche en fibres qu’un régime normal. Il faudra manger du son d’avoine pour accroître la surface d’absorption des matières fécales et accélérer l’élimination des toxines (comme nous l’avons vu dans l’article sur comment guérir du candida avec des produits naturels, les intestins sont responsables de plus de 25% du processus de détoxification de l’organisme).

Mangez 3 repas par jour. N’en sautez aucun, sauf si vous vous sentez mal ou que vous n’avez aucun appétit. « J’ai trop de boulot » n’est pas une excuse pour sauter un repas, surtout quand on souffre de problèmes alimentaires comme c’est surement votre cas si vous êtes arrivés jusqu’ici.

Pour composer un petit déjeuner anti-candida, je vous propose de piocher des idées parmi les suggestions suivantes :

  1. Bouillie d’avoine. Ajoutez-y un peu de cannelle et des noix de cajou fraîches pour plus de saveur. N’utilisez ni sucre ni miel, qui sont les aliments préférés du candida-albicans. Préparez votre bouillie avec de l’eau, et pas du lait, comme c’est le cas dans la recette traditionnelle. Vous pouvez y verser un peu de FOS, qui ont un léger goût sucré et sont parfaits pour nourrir votre flore de bactéries amies.
  2. Mélanges de graines et de noix. Vous pouvez utiliser des graines de tournesol, de citrouille, de sésame, de lin, avec des flocons d’avoine ou de millet. Mangez ce mélange tel quel ou faites-le tremper dans un peu d’eau pendant la nuit. Autre idée : ajoutez un peu de yahourt frais (et « vivant ») à votre mélange. Je vous conseille de préparer vos yahourts vous-même, pour vous assurer qu’ils remplissent ces deux conditions. Rajoutez à loisir germe de blé, noix fraîchement ouvertes et FOS.
  3. Deux oeufs, cuits de la façon dont vous préférez. Ne mangez surtout pas d’oeufs crus. Ils contiennent de l’albumine, qui est éliminée pendant la cuisson.
  4. Du riz complet BIO, avec du poisson, éventuellement.
  5. Des pancakes de riz et d’avoine (aucun sucre, ajoutez-y du FOS si nécessaire)
  6. Un yahourt nature et « vivant ». Préparez donc vos propres yahourts, pour vous assurer qu’ils sont d’une excellente qualité. Vous pouvez le manger avec quelques graines (notamment de tournesol, de lin, de citrouille, ou de sésame), ainsi qu’un peu de F.O.S.
  7. Après trois semaines de programme anti-candida, vous pourrez ajouter des fruits à vos petits déjeuners. Cela vous permettra de compléter les menus 1, 2 et 7 avec des tranches de banane (bien mure) ou d’autres fruits frais… sauf les pommes, le raisin ou les melons, qui sont trop riches en fructose pour le régime anti-candida. Les fruits peuvent constituer un menu à part entière, accompagnés d’une poignée de noix fraiches et/ou de graines. Continuez cependant à éviter les jus de fruits, qui, la plupart du temps, contiennent des sucres cachés (et même lorsqu’il est précisé « sans sucres ajoutés »).
  8. Du poisson (pas fumé) ou de la viande (ni fumée ni salée)
  9. Des flocons de riz complet, avec du yahourt. Ne mangez de muesli que s’il est fait maison. Les mueslis tout prêts contiennent souvent des noix et des noisettes rances (aimants à moisissures), et du sucre ou du miel. Vous pouvez vous préparer votre propre muesli avec des flocons d’avoine ou de millet, et quelques noix fraîches.

Les menus 1 et 2 sont les plus riches en fibres. Ce sont donc les plus désirables dans le cadre du régime anti-candida. Pour augmenter la teneur en fibre des autres menus, ajoutez une ou deux cuillères à café de graines de lin et de son (mélangez à 50/50).

MACHEZ !

Mâchez bien vos aliments, et notamment les hydrates de carbone (les féculents). Pour pouvoir digérer ces derniers, votre système digestif a besoin des enzymes présents dans la salive, qui permettent de casser leurs chaînes moléculaires. Evitez donc de boire pendant les repas, quelle que soit la boisson. Plus vous buvez, et moins vous avez besoin de mâcher pour avaler.

Les repas riches en fibres sont les plus adaptés au régime anti-candida. Contrairement aux aliments raffinés et/ou riches en sucre, ils assurent un apport régulier de sucres naturels dans le sang. La glycémie est stabilisée, ce qui permet d’éviter les variations d’énergie et sauts d’humeurs, principaux responsables des envies de sucreries et d’en-cas.

Que boire au petit déjeuner ? Vous avez plusieurs options :

  • Thé vert (éviter le thé noir)
  • Thé de Chine
  • Thé de pau d’arco
  • Tisane comme la camomille ou le Rooibos

Tout cela doit bien évidemment être pris sans sucre. Il est conseillé de boire au moins 1,5 litres d’eau minérale ou filtrée par jour… 2,5 litres idéalement.

DU CHOIX DE LA VIANDE

La plupart des viandes, volailles et oeufs contiennent des résidus d’antibiotiques et de substances hormonales données aux animaux. De plus en plus d’élevages de poissons utilisent des antibiotiques. Consommer régulièrement ces produits veut donc dire compromettre la réussite du programme anti-candida… sauf s’ils proviennent d’une source qui n’utilise pas ces produits (agriculture biologique, éleveur de confiance, etc.). Vous devrez donc favoriser les viandes BIO et les poissons sauvages.

Ndt : le problème de ce type d’alimentation, c’est son coût. La viande BIO coûte extrêmement cher. Donc si vous n’en avez pas les moyens, choisissez de la viande de bonne qualité. Les oeufs BIO ne coûtent pas beaucoup plus cher que les oeufs label rouge. Une autre solution serait de devenir végétarien… et de manger BIO, bien évidemment. Mais je pense qu’avant cela, le plus important est de ne plus consommer de sucres et de céréales raffinées, et de s’y tenir. Préoccupez-vous de la viande ensuite, une fois que vous vous en sortirez avec le régime anti-candida.

Certaines viandes sont moins sujettes aux résidus d’antibiotiques et d’hormones. C’est le cas du lapin, du mouton et de l’agneau, qui vous devez manger en priorité, si vous mangez de la viande non BIO… tout comme les poissons sauvages (qui, eux, par contre, peuvent contenir des quantités importantes de métaux lourds). Toutes les autres viandes, et notamment le poulet, le boeuf et le porc, doivent être consommées BIO (Ndt : quand c’est possible… encore une fois ce n’est pas la priorité).

LES LEGUMES

Légumes
Si possible, adoptez une alimentation biologique

Pour que votre régime alimentaire soit riche en fibres, c’est-à-dire optimal pour guérir du candida, il vous faut consommer beaucoup de légumes frais. Favorisez les légumes riches en fructo-oligosaccharides (FOS), comme les oignons, les asperges, l’ail, les artichauts de Jérusalem ainsi que les poireaux.

Cuisez vos légumes à la vapeur. C’est la meilleure façon de conserver les nutriments qui sont souvent détruits ou perdus lorsqu’on les fait bouillir. Et ces nutriments sont essentiels à votre système immunitaire… plus encore quand vous souffrez de candidose.

LES PROTEINES

Les sources de protéines ne sont pas exclusivement animales. Au contraire, pour des questions de santé (et de portefeuille…), il est préférable de consommer moins de viande et d’en remplacer une partie par des protéines végétales. Il est conseillé de combiner des céréales et des graines de légumineuses, pour un apport de protéines optimal. Exemple de repas : du millet avec des pois chiches, ou du riz brun avec des lentilles.

Les doses de protéines nécessaires varient d’une personne à l’autre. Pour être en bonne santé, les personnes de l’Asie de l’Est ont besoin de moins de protéines que les Européens du Nord… l’écart vient de différences de digestion et d’assimilation des protéines. Si on généralise grossièrement, cela donne 50g de protéines d’excellente qualité en Asie de l’Est, contre 75g en Europe du Nord. Cela varie, bien sûr, en fonction des niveaux d’activité. Ainsi, si vous mangez des yahourts natures et « vivants » (apport de protéines) pour les probiotiques, vous pouvez vous passer de protéines pour le déjeuner ou le dîner, puisqu’ils constituent un bon apport de protéines. Adaptez l’équilibre entre protéines d’origine végétale et animale en fonction de vos besoins. Ecoutez votre corps, et répondez à vos besoins tout en évitant les excès. Plus vous allez manger sainement, et plus votre corps vous enverra des signaux cohérents et faciles à comprendre, puisqu’il sera en bonne santé.

Les goûts de chacun et les combinaisons d’aliments possibles étant innombrables, on ne peut que donner des conseils d’ordre général pour le régime anti-candida. Ainsi les règles majeures sont les suivantes :

  1. Evitez tous les sucres et les céréales raffinées, ainsi que tout ce qui en contient.
  2. Ne consommez pas d’aliments et de boissons fermentées.
  3. Favorisez la viande et le poisson « sains », c’est-à-dire évitez au maximum toutes les sources utilisant des antibiotiques et des stéroïdes
  4. Mangez au moins 3 repas par jour (pour certaines personnes, il vaut mieux en manger 5, plus légers)
  5. Mangez suffisamment de protéines chaque jour.
  6. Assurez-vous que votre régime alimentaire est suffisamment riche en fibres. Pour cela, mangez beaucoup de légumes, un peu de millet et d’avoine, et des graines de tournesol, de citrouille, etc.
  7. Ne mangez pas de fruits pendant les 3 premières semaines du programme. Passé ce délai, vous ne pourrez toujours pas consommer de pommes, de melons et de raisin, qui sont trop riches en fructose. Les jus de fruits sont proscrits, étant donné qu’ils contiennent souvent des sucres cachés (même quand ce n’est pas précisé sur l’étiquette)

ELARGIR LE REGIME ANTI-CANDIDA

Après deux mois de régime anti-candida, vos symptômes seront bien calmés. Vous aurez alors le droit de tester quelques aliments supplémentaires. Mais ne le faites que si vous ressentez une amélioration, et pas avant la fin du deuxième mois. Quand vous introduirez un aliment « interdit » dans votre régime, notez soigneusement les symptômes que cela produit. Après une semaine d’observation, si aucun symptôme n’est apparu, vous pourrez tester un autre aliment… et ainsi de suite. Mais si les symptômes réapparaissent, revenez-en au régime anti-candida strict, jusqu’à ce qu’ils se calment.

De telles expérimentations ne sont nécessaires que si vous vous sentez trop contraint par le régime anti-candida strict. Si vous en êtes capables, vous pouvez, et c’est encore mieux, suivre ce dernier pendant toute la durée du traitement. Vous devrez alors suivre les consignes pendant au moins 6 mois. Gardez à l’esprit que les aliments « interdits » dans le régime anti-candida peuvent faire revenir vos symptômes… même si ce n’est pas forcé. Si cela arrive, vous devrez vous montrer patients pendant encore quelques temps. Un grand nombre d’ouvrages existent sur la méthode de rotation, et qui pourront vous aider à mettre en place une stratégie pour manger certains aliments de façon périodique.

Même après 2 mois de programme anti-candida, ne réintroduisez pas d’aliment contenant du sucre, le carburant préféré du candida. Si vous ne pouvez pas tenir sans, réintroduisez un peu de miel dans votre régime.

Ndt : si au bout de quelques temps, vous ressentez une addiction au miel, c’est qu’il est temps d’arrêter. Il y a quelques années, j’en mangeais énormément sans comprendre pourquoi… je ne connaissais pas, à l’époque, le candida-albicans. Je savais que j’étais intolérant au gluten, au lactose et au sucre et je les évitais, mais je ne soupçonnais pas le miel, un produit des plus naturels. Pourtant, à l’époque, je souffrais encore de nombreux symptômes, que j’attribuais au stress. J’ai compris plus tard que c’était probablement le candida qui, par l’intermédiaire de ses toxines, avait contribué à créer chez moi un comportement addictif.

Faites donc très attention au miel, et à tous ces aliments qui peuvent paraitre inoffensifs, comme les fruits. Le plus dur dans le cas d’une d’addiction, c’est d’en prendre conscience. Vous aurez tendance à vous mentir à vous-même… surtout que vous ressentirez un besoin désespéré pour cet aliment en particulier. Dans ce cas, ce sont souvent vos proches qui, étonnés par votre appétit d’ogre, vous mettrons sur la voie. Arrêtez alors de consommer cet aliment, et notez bien le changement que cela entraine dans vos symptômes.

Autres informations essentielles pour le régime anti-candida

Des moisissures sont présentes sur la plupart des fruits et légumes. Vous devez donc :

  • les manger le plus vite possible. Plus ils sont conservés longtemps, plus les moisissures se développent…
  • bien les laver. Un bon lavage permet de diviser le nombre de levures et de bactéries présentes à la surface par 10. Commencez par enlever les tiges et les queues, la où la poussière s’accumule… sinon l’eau ne fera que déplacer la poussière sur les parties comestibles. Utilisez de l’eau chaude (>55°C) : elle élimine davantage de micro-organismes que l’eau froide, et la chaleur contribue à éliminer les polluants en profondeur. Frottez le légume/fruit sous l’eau chaude pendant 30 à 60 secondes. Voilà, c’est prêt !

Les levures pullulent aussi sur les grains de toutes sortes.

Ainsi, moins ils ont été conservés et mieux ça vaut… de nombreuses personnes atteintes de sur-croissance du candida sont intolérantes à plusieurs sortes de grains et de céréales. Ces sensibilités diminueront normalement après quelques mois de régime anti-candida strict. Ne réintroduisez les aliments auxquels vous êtes sensibles qu’en suivant le protocole d’expérimentation décrit ci-dessus.

Attention aux noix, qui sont autorisées dans le régime anti-candida mais attirent les moisissures. Les cacahouètes et les pistaches, notamment, sont les plus gros aimants à moisissures. Toutes les noix, sauf si elles sont fraîchement cueillies et ouvertes, ont des moisissures à la surface. Ne mangez que des noix de saison et en coque… ou évitez-les complètement.

A part un peu de beurre et des yahourts natures et « vivants », évitez les produits laitiers.

Si vous êtes au restaurant ou que des amis vous invitent à manger, choisissez (si c’est possible…) des plats classiques et sans surprises. Evitez les sauces, les desserts et les farces, qui causent souvent de très mauvaises surprises. Le pari le plus sûr reste de prendre une viande ou du poisson avec de la salade ou des légumes. Attention… les restaurants font toujours preuve de créativité pour ajouter des aliments interdits à des plats classiques (de la panure par ci par là, par exemple)… c’est aussi comme ça qu’ils justifient leurs prix. Précisez donc bien à la commande que vous voulez vos plats avec sauce à part, et/ou avec de l’huile d’olive. Même s’ils ne le font pas toujours de bonne grâce, les cuisiniers sont assez flexibles puisqu’ils disposent de nombreux accompagnements. Buvez de l’eau plutôt que du vin.

Qu’en est-il des sucres de substitution pour ceux qui ne peuvent se passer de sucré ?

Leur impact sur la santé est controversé. Mais, au moins, ils n’encouragent pas la surcroissance du candida. Vous pouvez éventuellement prendre un peu d’aspartame (substance controversée que de nombreux experts recommandent d’éviter), mais pas de fructose ou de sirop de maïs. Le mieux reste le fructo-oligosaccharide (F.O.S) qui, non seulement ne sert pas de carburant candida-albicans, mais nourrit spécifiquement les probiotiques. Il a un agréable goût sucré. Vous pouvez en ajouter à vos plats en toute sécurité… même en grandes quantités. Pour favoriser l’équilibre de votre flore intestinale, n’en consommez pas moins de 8g par jour.

De la consommation d’eau

Vous devez filtrer l’eau du robinet. Il existe de nombreux filtres abordables, notamment ceux au charbon actif, disponibles dans les magasins BIO. La plupart des eaux minérales sont compatibles avec le régime anti-candida. Evitez cependant les eaux gazeuses si vous souffrez de ballonnements et/ou de gaz.

Le café et le thé sont interdits non seulement parce qu’ils contiennent souvent des moisissures, mais aussi parce qu’ils entrainent la libération de sucre par le foie. Ce sucre sert de nourriture au candida, et sollicite le pancréas, qui peut se fatiguer rapidement et entrer dans le cercle vicieux du surmenage des organes (cf. ci-dessus). Autre bonne raison de ne pas boire de thé : il limite la capacité de l’organisme à absorber le fer et les protéines. Le café est suspecté de favoriser le développement de certains cancers.

Rooibois
Le rooibois, ou thé rouge

Certaines herbes à thé sont utiles dans le cadre du régime anti-candida. Le rooibois, un substitut du thé venant d’Afrique du Sud, est bénéfique notamment pour les personnes souffrant d’allergies. Le taheebo et le pau d’arco offrent des bénéfices similaires.

Que faire une fois votre programme anti-candida en place ?

Une fois le candida-albicans sous contrôle, vous devez tout faire pour garder votre système immunitaire à son niveau optimal. Pour cela, fournissez-lui tous les nutriments dont il a besoin, et évitez les facteurs qui l’affaiblissent… et qui favorisent la croissance du candida-albicans (vous devriez savoir lesquels, puisque vous avez suivi un programme pour les éliminer de façon systémique).

Cela ne veut pas dire que vous devez suivre le programme anti-candida toute votre vie. Simplement, à partir d’un certain moment, vous considèrerez les goûts sucrés comme désagréables. Votre bien-être nouvellement acquis vous incitera à poursuivre le régime (pas forcément de façon aussi stricte). Pas seulement, d’ailleurs, parce que c’est bon pour votre santé… mais parce que vous aimez bien manger. De fait, au fil de votre régime, vous allez peut-être redécouvrir les joies de la cuisine, de la bonne viande et des légumes BIO… que du bonheur !

De l’influence de l’environnement sur les symptômes liés à la candidose

On a vu qu’il était primordial d’éviter les aliments et boissons contenant ou dérivés des levures. Il est aussi indispensable de ne pas inhaler ces organismes (levures, champignons, moisissures) ou leurs spores. Vous devez donc éviter les endroits humides contenant des moisissures et/ou de la pourriture… qu’elle soit sèche ou non.

Si des moisissures apparaissent dans les chambres, les placards ou la cave, prenez les mesures nécessaires pour vous en débarrasser et pour éviter qu’elles réapparaissent… ou changez de logement. Un appartement ou une maison contenant même une petite quantité de moisissures peut aggraver fortement vos symptômes, ou carrément vous rendre malade. Cette recommandation est encore plus importante pour les personnes sensiblement affectées par les environnements humides et lourds.

S’EXPOSER A LA LUMIERE

Votre système immunitaire et votre forme en général seront à un meilleur niveau si vous vous exposez régulièrement à une lumière à spectre complet. Vos yeux contiennent de fait des photo-récepteurs qui envoient directement des impulsions à l’hypophyse (située dans le cerveau), une des glandes majeures de votre organisme. Cette dernière joue un rôle majeur dans la régulation des fonctions vitales.

Si vos yeux ne sont pas régulièrement exposés à la lumière à spectre complet du soleil, vous souffrirez de déséquilibres de votre système hormonal, directement mesurables. D’où l’apparition de troubles physiques et comportementaux, et un affaiblissement du système immunitaire, qui supporte mal des variations hormonales en « effet yoyo ».

Passez donc au moins 30 minutes dehors, par jour, sans rien entre vos yeux et la lumière du soleil… en effet, les verres des lunettes et les vitres dévient les rayons du soleil. Vous devez rester plus longtemps dehors dans les villes polluées car les rayons du soleil sont distordus par les nuages de pollution.

Ne regardez jamais le soleil directement. Le fait de rester dehors sans lunettes est suffisant, même quand le temps est couvert.

Il existe des lumières artificielles à spectre complet. Des études ont montré que ces dernières permettaient une augmentation sensible de la productivité des employés au travail. Avoir accès à une lumière à spectre complet est un pas de plus vers la bonne santé de votre système immunitaire.

LE SPORT ET LE CANDIDA-ALBICANS

Tous les jours, vous devez faire suffisamment d’exercice pour stimuler votre respiration et votre circulation sanguine. Pour atteindre cet objectif, vous pouvez par exemple faire une marche rapide de 2 ou 3 kilomètres chaque jour. C’est assez simple à faire si on va au travail en prenant les transports en commun, par exemple. Faire du sport régulièrement contribue à renforcer votre système immunitaire.

LE STRESS

Favorisez les situations où vous êtes avec des personnes qui vous apprécient réellement. Evitez autant que possible le stress et l’anxiété. Ces derniers, en plus d’affaiblir votre système immunitaire, entrainent le relâchement de sucre par le foie, qui va servir de carburant au candida-albicans entré en sur-croissance. Vous pouvez profiter du programme anti-candida pour vous mettre à la relaxation, la méditation, ou étudier les méthodes de gestion du stress.

LE SEXE ET LA CANDIDOSE

Compte-tenu de l’importance du système immunitaire pour remettre le candida sous contrôle, nous nous intéressons aussi à un domaine de recherche qui a tendance à être ignoré, notamment parce qu’ils donne des résultats qui ne sont pas pour nous plaire. Depuis que le SIDA est suivi de près par la communauté médicale, de nombreuses études ont eu pour sujet le rapport entre le système immunitaire et les rapports sexuels.

Le Lancet du 12 décembre 1981 a publié une étude montrant d’une relative fidélité sexuelle était préférable pour toute personne souhaitant maintenir son système immunitaire à son niveau optimal… autant dire que vous êtes concerné si vous souffrez de sur-croissance du candida. Le célibat n’est bien sûr pas indispensable, mais il vaut mieux éviter de multiplier les partenaires, au moins pendant la durée du programme anti-candida.

De fait, tout contact sexuel sollicite le système immunitaire. Si ce dernier est appelé à gérer des antigènes provenant de nombreuses sources différentes (les cellules du sperme, notamment, sont des protéines étrangères pour le corps de la femme), il peut rapidement perdre de son efficacité pour gérer les « vraies menaces », comme le candida-albicans. Si on ajoute à cela les intolérances et les allergies alimentaires, le système immunitaire subit une pression considérable et risque de défaillir (facilitant ainsi la sur-croissance du candida).

Ce post fait partie d’une série inspirée et adaptée de Candida Albicans: The Non-drug Approach to the Treatment of Candida Infection, écrit par Léon Chaitow, naturopathe, ostéopathe et acuponcteur Américain.

Pour accéder aux autres posts, c’est ici :

Cet article vous a été utile ?

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Candida-albicans.fr, et vous apprendrez :

  • comment vous pouvez savoir si vos symptômes sont vraiment dus à une candidose
  • pourquoi et comment suivre le régime anti candida
  • ainsi que les traitements naturels essentiels pour traiter une candidose

Cliquez ici pour vous inscrire à la newsletter

Comments

  1. Max says

    Bonjour Frank,

    Votre naturopathe vous recommande de limiter les protéines ET les féculents ?
    Ça risque d’être compliqué :)

    Ce qui est recommandé dans cet article vient des préconisations de Leon Chaitow, un naturopathe américain.
    Ce n’est pas le seul régime anti candida qui fonctionne. Je dirais que c’est à vous d’essayer ce qui marche le mieux chez vous.

    Si vous vous rendez sur le forum, vous constaterez que plusieurs approches fonctionnent pour le régime anti candida

    • un régime paléo (c’est-à-dire avec le moins de féculents et de légumineuses possibles)
    • un régime crudivore / frugivore (essentiellement des fruits et/ou des légumes)
    • un régime « classique », sans gluten et sans lactose.

    A vous de composer avec tout cela, sachant que la constante est quand même la suppression du gluten et du lactose, ainsi que tous les sucres ajoutés.

    Quant à la logique acide/base, je ne maîtrise pas trop le sujet. Je vous invite à faire une recherche sur le forum.

    Max

  2. Simon says

    Bonjour

    est ce que les somnifères sont également néfastes pour le candida, tel que les antibiotiques et la pilule ?
    Merci
    Fanny

  3. Julie says

    Bonjour,
    Ma fille de 2 ans et demi a une candidose sur la langue depuis plus d’un an, ainsi que des diarrhées fréquentes. Après des mois de traitement par une pommade et de rechutes systématiques, je m’apprête à tenir un régime stricte (sans sucre ni lait, …).
    Avez-vous connaissance de cas de candidose chronique si précoce ?
    Et auriez-vous des suggestions pour des goûters d’école… ?
    Merci d’avance,

  4. Boscarinette says

    Bonjour,
    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre poste, les différentes réponses et le forum.

    Je galère depuis quelques années avec une candida intestinale et ses différents frères et cousins (la levure semble muter). J’ai essayé par les moyens chimiques, les probiotiques, le régime rien ne semble y faire. Mon dernier médecin qui semble être à l’écoute m’a prescrit de l’azeol AF qui est un antifongique naturel à base de différentes huiles essentielles. En avez vous entendu parler ? Avez vous un retour sur ce produit?
    Merci d’avance
    Bon dimanche
    cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>